AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un livre, un banc et l'océan

Aller en bas 
AuteurMessage
Lucille

avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Un livre, un banc et l'océan   Lun 3 Mar - 0:06

L'air iodé me piquait les narines. Le sable humide s'enfonçait sous mes pas. L'océan revêtait les couleurs rosées du ciel, leur donnant l'aspect d'une multitude d'oiseaux colorés. Chaque jour, je faisais la même balade sur les mêmes mètres de plage avant de remonter dans la ville. Chaque jour, j'accueillais le soleil, symbole de ma victoire sur la bête. Il me suffisait de le regarder pour avoir la certitude que je n'étais qu'une humaine. Une humaine faisant des cauchemards de loup. De simples rêves. Je m'assis et m'étirai le haut du corps, engourdie. Le temps n'était plus compté en secondes, il se comptait en nombre de vagues paresseuses m'embrassant les pieds. Après une dizaine de baisers, l'astre décida de jeter un rayon à l'eau, suivi d'un deuxième, comme s'il ne supportait plus son propre éclat. Je fermai les yeux, profitant de l'instant. Bien que chaque journée était vécue comme un renouveau, j'arrivai rarement à être suffisamment en forme pour y être à l'aube.

Je grimpai les quelques gros rochers séparant la ville du reste du monde et arrivai sur la digue. Il y avait çà et là des bancs qui tournaient ostensiblement  le dos à Clavinia, comme s'ils eurent préféré nier son existence et laisser leur occupant perdu dans l'immensité qui se dressait face à lui.

D'ailleurs, un individu était perdu dans une autre sorte d'immensité, le livre. Les jambes croisées, un bras appuyé sur le dossier de son siège, l'autre main tenant un bouquin aux pages jaunies. Il avait de longs cheveux noirs qui se confondaient avec son boléro. Sa chemise, retroussée au niveau des manches, dévoilait des bras secs.

Je passai à son niveau et tournai la tête pour essayer d'entrapercevoir le titre gravé sur la couverture en cuir.  *Lége........ont........me........océans *  
Je m'arrêtai. Je ne savais pas en voir davantage, ses longs doigts noueux cachant certains mots. Je ne pouvais ne pas remarquer qu'il se rongeait les ongles. Je tâtai les miens à travers mes gants de cuir.
Le premier mot était probablement « Légende ». Légende et océans. J'allai repartir quand je me dis qu'il serait complètement débile de passer à côté d'un livre pareil. C'était tellement rare. Avec cet argument de premier choix en tête, j'abordai le lecteur.

-Excusez-moi de vous importuner dans votre lecture, mais votre bouquin m'interpelle.

L'homme bougea légèrement les doigts, ce qui me permit de voir le nom de l'ouvrage. « Légendes et contes des mers et océans » Je m'assis à côté de lui.

-Bien que je vais vous paraître étrange, est-il question de poissons, de mollusques ou de crustacés possédants des propriétés médicinales ? Je sais bien que c'est un livre de contes, mais les histoires doivent s'inspirer de la réalité, non ? Je me présente, Lucille Kaliandhe, je suis guérisseuse, d'où ma question incongrue.

Je lui tendis la main, afin d'achever les présentations.


Dernière édition par Lucille le Lun 3 Mar - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doc

avatar

Messages : 6

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Lun 3 Mar - 11:56

Arrivé en ville avec toute une caisse de livre, il avait du se résigner à revendre la plupart, question d'encombrement. Il s'était promis de racheter ceux qu'il pourrait quand il aurai un logement stable et un peu de fortune. Il avait gardé un traité d'anatomie fort concis. Un autre traitant de plantes médicinales et de leur propriété qui était utile à consulter et impossible à mémoriser et celui là. «Légendes et contes des mers et océans» Qui n'ayant rien de l'ouvrage médicale à priori contenait a la fois des rêves et des informations capitales. C'était ce livre que Morisson lui avait lu pour l'endormir des fois. C'était avec ce livre qu'il avait commencé à lire et c'était cette lecture qui fut le dernier livre de chevet de Morisson. Pour en ajouter encore à la valeur sentimentale de l'ouvrage, les page blanches laissée entre chaque chapitre avaient été annoté par Morisson lui-même, des note traitant le la sources des mythes dont il était question. Il semblait que la plupart des légendes avaient des origines solides. Aujourd'hui il le relisait encore, ne sachant pas vraiment ce qu'il allait devenir il se donnait le droit de rêver un peu, c'était rare chez lui.

-Excusez-moi de vous importuner dans votre lecture, mais votre bouquin m'interpelle.

Cette phrase n'avait rien à faire dans l'histoire sur saphir de Cassiopée. Il mis un moment à se rappeler qu'il ne parcourait pas la mer avec le capitaine Ibrame et son équipage, il lisait sur un banc. Avant qu'il fut tout à fait ramenée à la réalité une jeune femme s’assit à coté de lui. Et repris sur la voix qui l'avait sortis de son périple.

-Bien que je vais vous paraître étrange, est-il question de poissons, de mollusques ou de crustacés possédants des propriétés médicinales ? Je sais bien que c'est un livre de contes, mais les histoires doivent s'inspirer de la réalité, non ? Je me présente, Lucille Kaliandhe, je suis guérisseuse, d'où ma question incongrue.

« -Oui » Réalisa Décembre à sa propre surprise tout en serrant par réflexe la main gantée qu'on lui tendait.

Toute personne l'ayant interrompue dans sa lecture l'aurai formidablement agacée dans d'autres circonstances. Mais l'irruption de celle là était rafraîchissante pour bien des raisons.
C'était une présence féminine, elle savait lire, elle s’intéressait à la médecine et la vivacité d’esprits flamboyait dans son regard. Refermant le livre il chercha de mémoire des exemples concret pour lui répondre.

-La fontaine de jouvence par exemple. Ce sont des algues mêlées à l'eau qui ont des propriétés énergisantes. En poisson il y a les poissons-astres ils auraient de nombreuses propriétés liés à la lune, ce mythe là est fondé, ils ont déjà pus être observés par des gens très sérieux.

Décembre réalisa qu'il était déjà bien avancé dans la conversation sans s'être présenté.

«Au fait, je suis Décembre, mais j'ai plus l'habitude d'être appelé «Doc» je suis médecin.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucille

avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Mar 4 Mar - 15:35

Les poissons-astres. Mon cœur s'arrêta. Sur le moment, j'eus envie de lui arracher le livre et de partir avec. Étant donné que ça fait partie des choses qui ne se font pas, je m'abstins. Je devrais me contenter de ce qu'il dira.

«Au fait, je suis Décembre...

Décembre ? Je n'étais pas bien sûre d'avoir compris son nom.

...mais j'ai plus l'habitude d'être appelé «Doc» je suis médecin.»

-Vous venez de la campagne ? Je n'ai jamais entendu parler de vous ici, en ville.

Peut-être pourrait-il m'apprendre de nouvelles choses ?
Je détaillai mieux l'individu. Il avait la tête de celui qui ne dort pas beaucoup. Tourmenté. Il semblait avoir vieilli trop vite. Quel âge devait-il avoir ? Vingt-cinq, trente ans ? Pour moi, il faisait partie de ces gens sans âge, et qui changent toutes les vingtaines d'années.

Je retournai à la conversation qui m'intéressait le plus. Je tentai de cacher la fébrilité qui s'accrochait à ma voix.

-Des personnes ont pu voir les poissons-astres ? A quoi ressemblent-ils ? Est-il déjà arrivé qu'on en attrape un?

Sur le coup, je me fichais éperdument que d'agacer le médecin. A sa place, j'aurais gratifié l'importun d'un joli : « Excusez-moi, mais je n'ai pas le temps », avant de me replonger dans ma lecture. Mais, il ne m'avait pas envoyée balader et m'avais même répondu longuement. J'ajoutai, plus par politesse que par souci :


-Enfin, si vous êtes occupé, je peux vous laisser. Je sais à quel point, on apprécie être seul lorsqu'on lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doc

avatar

Messages : 6

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Mar 4 Mar - 21:41

-Vous venez de la campagne? Je n'ai jamais entendu parler de vous ici, en ville.

-Non pas de la campagne, je suis un médecin de bord en recherche d'un nouvel équipage.

-Des personnes ont pu voir les poissons-astres? A quoi ressemblent-ils? Est-il déjà arrivé qu'on en attrape un?

Son intérêt pour le poisson en question était réel, voir curieux. Décembre connaissait bien cette histoire. Une sorte de poisson-panacée. Morisson avait écrit énormément de notes concernant cette histoire et lui avait dit en avoir observé lui même.

-Enfin, si vous êtes occupé, je peux vous laisser. Je sais à quel point, on apprécie être seul lorsqu'on lit.


Sa posture attentive montrait plutôt qu'elle souhaitait fortement en savoir plus.

-Je ne suis pas occupé, au contraire je suis désespérément inoccupé Mademoiselle Kaliandhe.

Ne pouvant deviner une alliance ou une trace d'alliance à travers le gant, il avait utilisé « Mademoiselle » par supposition sur son age.

Regardant la mer il se mit à réciter avec une sorte de nostalgie:

«Une fois dans l'année à un jour sans ombrage.
Au grand soleil d'or succède la lune d'argent.
Sous une voûte brillante, parfaite, sans nuage.
On voit luire dans l'eau des milliers de diamants.

Au reflet des étoiles s'ajoute d'autres éclats
Celle des poissons-astres prenant un bain de lune.
Et de sa leur froide ils transcendent l'éclat
Et retourne aux abysses se fondant dans l'écume.»


Comme son interlocutrice semblait boire ses parole il poursuivit.

«L'histoire du livre raconte l'aventure d'un homme condamné par une maladie incurable et qui part en mer pour voir ce spectacle et est en fait tellement émerveillé qu'un miracle survient et qu'il rentre complètement guérit. Il semble que cette histoire de guérison miracle est fondé et que des dizaines d'histoires attribuant à ces poissons des pouvoirs miraculeux, des histoire de panacée en découlent. Mais ces dernières ne sont que des rumeurs. En revanche il aurai des propriétés curatives liés à la Lune. Une petite note ajouté par mon Mentor dit qu'on les utilises pour imiter les propriété de la pleine lune sur le corps ou pour les contrer. La lune a clairement des effets hormonales qu'on ne s'explique pas, des effet sur l'humeur, le cycle féminin, l'agitation, l’accouchement. Il est sur que j'aimerai moi même en savoir plus sur le sujet. Quant à la capture du poisson ou la concoction d'un remède, ce livre n'en traite pas.»

Il sembla pensif un instant, tenta de ronger l'ongle quasis inexistant de son pouce puis pour relancer la conversation posa cette question purement rhétorique.

"Vous vous intéressez à ce poisson?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucille

avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Mer 5 Mar - 21:41

-Je ne suis pas occupé, au contraire je suis désespérément inoccupé Mademoiselle Kaliandhe.

Parfait ! J'allais pouvoir poser toutes les questions qui me traversaient l'esprit. Existe-t-il des algues médicinales, au même titre que les plantes, quels genres de maux étaient propres aux voyages en mer, par exemple. Je me rappelais qu'il y avait une histoire de déchaussement des dents à cause de l'absence de fruits et de légumes, mais peut-être y en avait-il d'autres !

Le visage de l'homme sembla se fermer. D'une voix profonde et teintée de tristesse, il récita quelques vers traitant du poisson-astre. J'écoutais, attentive. Chaque phrase prononcée formait une image mirifique. Je le voyais presque, éclairant les sombres abîmes qui attendaient son retour avec impatience. Décembre m'expliqua succinctement l'histoire d'un homme qui fut guéri grâce simplement en le regardant. Il me confirma une chose que je connaissais que trop bien, les effets de la lune sur les vivants. J'eus une petite pointe de déception lorsqu'il eût fini. Je ne savais toujours pas s'il était possible de le capturer et comment « l'utiliser ». Mais bon, il voulait en apprendre davantage et c'est toujours une bonne chose que de connaître une personne s'intéressant aux mêmes sujets que vous. Ça vous fait un allié.

"Vous vous intéressez à ce poisson?"

« L'ignorance d'aujourd'hui sera le point faible de demain . Mais c'est vrai que ce poisson suscite mon intérêt plus que toute autre chose. Imaginez que vous apprenez qu'il existe un remède à un mal que l'on dit incurable. Vous vous rendez compte ? Le nombre de personne qu'on pourrait aider. Ce serait merveilleux. »

Le soleil était bel et bien là, à présent. Sa chaleur contrait le vent océanique qui me faisait frissonner. Les mouettes volaient au loin à la recherche d'un bateau de pêche. Je souris.

« Ce poisson m'apporte l'espoir qui me fait défaut de temps à autre. »

Me rendant compte que je plongeais dans le mélodrame, je tentai de changer de sujet de conversation.


« Comment êtes-vous arrivé ici, si vous n'avez pas d'équipage ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doc

avatar

Messages : 6

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Lun 10 Mar - 15:17

«J'ai du rester au chevet d'un patient et donc me séparer de mes anciens camarades. Je suis arrivé la avec un navire marchand, qui à accosté sur l'île ou l'on nous avait laissé et a accepté de me prendre jusqu'à escale en ville. Rien qui vaille la peine d'être raconté.»

Doc n'avait pas envie de préciser qu'il venait en fait d'un équipage de pirates. Il cherchait juste un travail disons nourricier et si possible à reprendre la mer. Bref il n'avait aucune envie de parler de lui même, il ne se trouvait pas intéressant en tant que sujet de discutions, et les sujet de discutions sans intérêt l'agaçaient. Elle évoqua la poisson comme une source de réconfort.

Il pensa que dans l'adversité il avait ce livre et le souvenir d'une promesse importante qui lui permettait de tenir bon. Il n'était pas le genre de personne à faire des confidence sur ses sentiments, même confidence pour confidence. En fait c'est à peine si il remarqua qu'elle se confiait. Sans transition aucune, il repris sur ce qui piquait sa curiosité.

«Un mal incurable? Et vous pensez que ce poisson en serai le remède? De quel mal s'agit-il? Je suis sur que vous en savez bien plus que moi même au sujet de ce poisson si il compte tant pour vous.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucille

avatar

Messages : 33
Age : 26

MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   Lun 17 Mar - 22:35

Il était resté au chevet d'un patient. En soi, ça expliquait qu'il se retrouvât sans équipage, mais je ne comprenais justement pas pourquoi il était resté à son chevet. Il était soit le médecin le plus consciencieux que je connaisse, soit le patient lui était cher. Ou encore, il avait une maladie intéressante à étudier. Vu qu'il n'avait pas l'air enclin à vouloir s'engager sur cette voie, je n'insistai pas et réprimai ma curiosité.

«Un mal incurable? Et vous pensez que ce poisson en serait le remède? De quel mal s'agit-il? Je suis sûr que vous en savez bien plus que moi même au sujet de ce poisson si il compte tant pour vous.»

J'aurai mieux fait de me mordre la langue au lieu de parler. Je chipotais à mes gants que j'enlevai. Le froid enveloppa mes mains immédiatement. Je balançai mes cheveux en arrière et m'appuyai davantage sur le banc et regardai le ciel.

« Je ne peux pas vous répondre étant donné que je ne sais pas ce que vous savez sur ce sujet. Il est vrai que j'ai beaucoup cherché à me documenter sur le sujet, mais la plupart des informations se ressemblent et il n'y a rien de vraiment nouveau dedans. Il serait serpentiforme et mesurerait plusieurs mètres, on parle aussi bien de 2-3 mètres que de dix mètres. Concernant ses vertus, elles concerneraient surtout les problèmes liés au sang, de la jaunisse à l'hémophilie, en passant par la grossesse. Il semblerait qu'il le purifie. Mais, je n'ai jamais trouvé comment il fallait l'utiliser, si je peux m'exprimer ainsi, d'autant plus que sa localisation est très imprécise et il y a aussi toute cette histoire de cycle lunaire, ce qui n'aide pas à le situer. Il faudrait être au bon endroit, au bon moment. Autant dire que c'est improbable. Pas impossible, mais improbable... »

Je tournai la tête vers mon interlocuteur.

« Je ne vous dirais pas de quoi je suis malade. Je ne vous connais pas et rien, si l'on excepte votre parole, ne me dit que vous êtes réellement médecin. Vous pouvez tout aussi bien être un charlatan qui veut connaître mes points faibles avant de me voler ! Ou alors, vous dîtes la vérité et votre expérience pourrait m'aider à me soigner et à trouver une autre solution qu'un poisson perdu dans l'océan. Mmmmh. Que dîtes-vous de passer un test ? Je sais que vous devez vous dire que vous n'avez rien à me prouver, mais vous m'avez dit que vous étiez « désespérément inoccupé », pour vous citer. Alors pourquoi pas l'accepter ? Ça ne vous coûtera que votre temps et le mien que je suis prête à dépenser par curiosité. »


Sans attendre sa réponse, je me levai et allai ramasser une pierre dont un des côtés était tranchant. Je relevai ma manche et me tailladai le dos du bras sur cinq bons centimètres. Très vite, le sang apparu. J'avais fait ça sans trop y penser. J'avais besoin de savoir à qui je parlais. Depuis que mon père était parti, j'étais devenue plus impulsive dans mes actions, lorsque je savais que celles-ci n'auraient pas une grande incidence. La plaie produisait les mêmes picotements qu'une éraflure. De toute façon, quoi qu'il dise j'avais sur moi, de quoi me soigner moi-même. Une sorte de petite trousse de sauvetage, bien plus utile qu'on ne le pense. Je lui tendis mon bras.

« Alors Doc, que devons-nous faire avec ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un livre, un banc et l'océan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un livre, un banc et l'océan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Le Livre des Merveilles ("Le Devisement du Monde") - Livre premier
» Ethique à Nicomaque, Livre X
» Ethique à nicomaque, Livre VII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie ::  :: Plages et Côtes-
Sauter vers:  
Google